Compte-rendu du CSE du réseau France 3 des 16 et 17 février 2022

trait gris titre

Fin de mandat

C’était la dernière réunion de ce 1er mandat de CSE. Ce que l’on peut appeler l’acte 1 de l’ère des Ordonnances Macron qui ont dynamité la représentation sociale des entreprises en fusionnant les CE, les DP et les CHSCT. Un 1er mandat lourd, où il a fallu se battre pied à pied contre une direction qui cherchait à tout prix à limiter le rôle des élus.

Gros travail aussi pour structurer l’instance, mettre en place ses activités sociales et culturelles, en organiser la gestion. On l’espère, le plus dur est désormais derrière nous.

Mais la grande révélation de ce mandat c’est l’irruption des questions de santé au travail dans tous les projets et tous les sujets. La CGT salue ici l’engagement et la détermination de nos élues à la CSSCT, Karine Cévaër et Rabéa Chakir-Trébosc, présentes sur tous les fronts au milieu des difficultés, qui ont épaulé les RP dans la plupart des antennes sur la trentaine d’alertes santé qui ont émaillé ce mandat.

Voir à ce sujet le trombone paragr rougeliminaire de la CGT
ainsi que le trombone paragr rougecompte-rendu de la CSSCT du 7 février.

De son côté, Philippe Martinetti, le directeur du Réseau qui préside le CSE, a salué l’engagement et le travail des élus, réaffirmant son souhait que le CSE soit une instance stratégique. On salue bien sûr l’intention, même si les résultats tardent un peu à se voir…

Du fait de la période électorale, il n’y aura plus de réunion avant la constitution du nouveau CSE, vraisemblablement à la mi-avril.

Santé au travail

La rapporteure de la CSSCT a présenté le dernier compte-rendu de la commission. L’occasion de faire le bilan du mandat et des nombreux sujets qui l’ont émaillé. Et de faire le constat de l’absence de culture de la prévention des risques et de la santé dans cette entreprise, ce qui se traduit par des projets mal accompagnés qui n’anticipent pas les difficultés pour les salariés. Le chemin reste considérable et la direction ne convainc personne quand elle affirme que les choses s’améliorent. Voir le  trombone paragr rougecompte-rendu de la CSSCT du 7 février.

Risque grave sur le site de la Fabrique à Bordeaux

Voici un dossier emblématique du caractère pathogène de la restructuration de la Filière devenue Fabrique et des nombreux manquements du management de la direction des moyens de fabrication.

Cette alerte pour risque grave par incidents répétés date tout de même d’octobre 2020 et après un an et demi de traitement parfois chaotique, n’a toujours pas abouti. Pire la santé d’un certain nombre de salariés des équipes de tournage s’est encore dégradée, faute de perspectives et d’accompagnement.

L’engagement autour de la reconversion du site vers les fictions numériques est très ambivalent, pas correctement cadré et laisse régulièrement des salariés livrés aux exigences de producteurs privés, en totale contradiction avec la démarche initiale promise. Sur le dernier tournage, les temps de travail ont littéralement explosé mais à l’entendre, la direction n’a rien à se reprocher et c’est la faute des salariés s’ils dépassent les horaires ou « s’auto-planifient ».

Face à cette attitude de déni surréaliste, l’inspectrice du travail de Bordeaux qui assistait au CSE a rappelé à la direction ses obligations de résultat sur la santé des salariés, qui passe notamment par une politique de prévention des risques.

A l’issue des débats, les élus ont déclenché une expertise autour du risque grave par incidents répétés sur le site de la Fabrique de Bordeaux. trombone paragr rougeVoir la résolution adoptée à l’unanimité des élus.

Levée de l’alerte pour risque grave à Rouen

A contrario, les élus ont unanimement décidé de lever l’alerte pour risque grave lancée à Rouen le 16 mars dernier, en plein contexte d’expérimentation sur la régie automatisée. Les représentants de proximité de Rouen s’étaient déjà prononcés pour la levée de l’alerte, les salariés de l’antenne aspirant à tourner la page. trombone paragr grisVoir la résolution des RP de France 3 Normandie Rouen.

Cette alerte, et l’intervention de l’inspecteur du travail, ont entrainé l’abandon du projet et la réorientation de la démarche vers un site d’expérimentation du Réseau à Strasbourg.

Il reste cependant des points de vigilance, tant cette expérience désastreuse a laissé des séquelles dans l’esprit d’un certain nombre de techniciens rouennais. Une équipe de veille locale continue à se réunir régulièrement à France 3 Normandie Rouen.

Projet immobilier d’Antibes

A la demande des élus, la direction est venue présenter les ébauches architecturales du projet de construction d’une nouvelle station pour France 3 Côte d’Azur, à Nice sur le site des anciens studios de la Victorine. Il s’agit d’un appel à projets lancé par la municipalité, auquel France.tv a répondu et sur lequel le conseil municipal doit se prononcer le 4 mars.

Le problème, c’est que la direction avance sur ce coûteux projet de déménagement (plus de 13 M€) alors que la majorité des salariés et leurs représentants y sont hostiles.

Face aux élus, le directeur des IMG de France.tv, Olivier Guyon-Sangnier, évoque le caractère inondable de la zone où est située l’actuelle station à Antibes et la décision de la Présidente, prise en 2015 au moment d’un épisode d’inondations, de déménager la station.

La nature réelle du risque d’inondation est contestée par les élus, d’autant que le document unique d’évaluation des risques (DUER) de la station n’en fait pas mention. Si risque il y a, c’est une obligation de le faire figurer dans ce document. Sinon, la direction est dans l’illégalité et risque gros.

Face aux contestations, les élus demandent que les études de risques leur soient présentées, ainsi qu’un comparatif économique et technique entre la solution du déménagement et la sécurisation du site actuel. Ils demandent en outre une étude des impacts sur la qualité de vie des salariés (leurs temps de déplacements et les potentielles nuisances sonores, le site de la Victorine étant à proximité de l’aéroport).

Afin que les élus aient le temps de jouer pleinement leur rôle sur ce dossier qui conditionnera la vie professionnelle des salariés pour de nombreuses années, ils demandent à la direction d’obtenir de la municipalité de Nice un report du choix des lauréats de l’appel à projet.

La direction a jusqu’à lundi pour apporter ses réponses, faute de quoi les élus demanderont la réunion en urgence d’un CSE extraordinaire. trombone paragr grisVoir la résolution des élus.

Moyens de tournage : l’offre modulaire de la Fabrique

Depuis des années, la direction de la Fabrique souhaite mettre en place de nouveaux moyens de vidéo mobile, complémentaires des gros cars-régie.

Elle a donc investi dans une gamme de régies fly, une offre technique « packagée », comme la qualifie Yves Dumond, le directeur des moyens de fabrication. Autrement dit, des moyens prévus pour une utilisation particulière, mais non adaptables ou évolutifs. Cette offre répond au doux nom de MODUL’AIR.

Ces équipements sont pré-câblés et installés dans des flight case pour être déployés rapidement, sans temps de configuration.

Cette offre comporte 4 types d’outils :

  • EXPAIR. C’est la régie fly la plus complète, dotée de 5 caméras grands capteurs, pouvant en accueillir jusqu’à 8, utilisable pour les captations sportives ou pour le spectacle vivant. Elle mobilise 5 à 7 techniciens
  • UNITAIR. Il s’agit de l’ancienne régie fly de France 3 Paris Ile de France qui a été reconfigurée dans un grand flight case et qui est couplée à 5 caméras automatiques PTZ. Elle est prévue pour des tournages de talk-show avec 5 techniciens. Elle est utilisée chaque semaine pour le tournage de « Boulevard de la Seine » sur France 3 Paris Ile de France.
  • IPAIR, prévue pour la diffusion sur le numérique. Actionnée par 3 techniciens, elle permet d’utiliser 5 caméras PTZ ou des smartphones.
  • STREAMAIR, le moyen le plus succinct, prévu pour les directs sur twitch et qui mobilise seulement 2 techniciens et 3 caméras PTZ.

Parmi les éléments mis en avant pour développer ces moyens, leur coût modique : 300 000 euros pour l’ensemble de la gamme, caméras incluses, comparé au coût d’1,5 M€ hors caméras pour la future régie vidéo mobile UM3.

Selon Yves Dumond, ces outils sont vite amortis et peuvent donc être changés régulièrement pour disposer des dernières technologies.

Selon la direction du Réseau France 3, l’exploitation de ces outils, moins chère, permet de réaliser les captations sportives ou culturelles qui auraient été au-dessus des moyens de la plupart des antennes avec un car de la vidéo mobile.

La future unité mobile 3 (UM3) qui remplacera le car de Lille sera une régie fly modulable ayant des capacités approchant celles d’un car comme celui de Rennes ou de Marseille (8 à 12 caméras).

Vie du CSE

Du CIORTF au CASCI ORTF

Les élus ont mandaté le secrétaire du CSE pour signer l’accord de transfert des activités sociales et culturelles au CASCI ORTF. C’est la dernière étape du processus de transformation du Comité interentreprises (CI) en Comité des activités sociales et culturelles interentreprises (CASCI), à la suite des Ordonnances Macron et de la disparition des CE.

Cette adaptation administrative n’a pas de conséquence sur l’offre aux salariés de FTV.

Budget du CSE

La trésorière a présenté le budget prévisionnel du CSE. Un budget qui continue à baisser du fait de la diminution des effectifs dans le réseau régional. Malgré tout, le nombre théorique d’ouvrants droits du CSE est en augmentation car les élus ont décidé d’abaisser, cette année encore, le seuil permettant aux non permanents d’accéder aux subventions du CSE.

Dans les grandes lignes, les subventions restent les mêmes, les principaux budgets de subventions du CSE étant les chèques culture (190 000 € prévus), les chèques vacances et la rentrée scolaire (150 000 € chacun) ou encore l’entretien du patrimoine immobilier (160 000 €).

Les activités sont financées pour moitié sur un budget central, pour moitié par un budget réparti entre les antennes en fonction du nombre de leurs ouvrants droits.

Dans les grandes masses, le CSE dispose d’une subvention annuelle de 5 M€, dont il reverse 3 M€ au CIORTF, conformément aux accords. Le budget des activités sociales et culturelles avoisine donc les 2 M€.

La CGT remercie ses élus qui se sont investis sur ce mandat :

elusCSE3

 

la cgt toujours a vos cotes 3

 pdf le DATE 2022

À lire également

    Image
    Ooviiz/Notif est une atteinte à la liberté fondamentale du salarié au travail
    Les salariés intermittents de la vidéo mobile ont reçu des messages de france•tv leur intimant l'ordre de s'inscrire à la plateforme Notif, développée par Ooviiz, sous peine de ne plus travailler ! Ces professionnels refusent en bloc de s'y inscrire et ont saisi la direction de france•tv....

    Lire la suite...

    26-Sep.-2022

    Image
    Affaire du fichage
    France Télévisions définitivement condamnée pour entrave au Comité central d’entreprise Après 6 ans de procédure, la Cour de cassation vient de rejeter le pourvoi de France télévisions et confirme la condamnation prononcée par la Cour d’appel de Paris le 16 juin 2021, qui estimait, comme le...

    Lire la suite...

    23-Sep.-2022

    Image
    Préavis de grève du 29 septembre. Salaires, emplois, conditions de travail
    Alors que l’inflation dépasse désormais les 6% sur un an et que la perspective des 8% est probable, le niveau des salaires et le pouvoir de vivre sont les principales préoccupations des salarié·es, des jeunes et des retraité·es. Elles sont aussi au cœur des actions et revendications de la CGT et...

    Lire la suite...

    22-Sep.-2022

    Image
    Censure ministérielle : vers un retour de l’ORTF en Lorraine ?
    Ou comment la rédactrice en chef a dépublié un papier web sur pression d’une ministre mécontente du traitement de sa visite à Nancy On croyait la période révolue depuis la fin des années 60 : le rédacteur en chef de la télévision publique prenait ses consignes auprès du ministre de l’Information, qui...

    Lire la suite...

    20-Sep.-2022

    Image
    AVENIR DU FINANCEMENT DE L’AUDIOVISUEL PUBLIC. L’INTERSYNDICALE RÉPOND PRÉSENT POUR L’ACTE 2 !
    Alors que la Loi de finances rectificative 2022 adoptée en plein mois d’août a supprimé la Contribution à l’Audiovisuel Public (CAP, ex-redevance), le gouvernement a dû écarter dans l’urgence la bascule pure et simple sur le budget de l’Etat afin de ne pas subir les foudres du Conseil...

    Lire la suite...

    20-Sep.-2022

    Image
    Liminaire au CSE réseau France 3 du 20 septembre 2022
    Aujourd'hui s'ouvre une nouvelle phase d'information-consultation du CSE sur le déploiement d’Openmédia, la phase 2 du NRCS, alors que Newsboard n’est pas stabilisé. Newsboard, Openmédia, Tempo, Overdrive. Les projets s’accumulent, se superposent, se percutent, sans oublier la régionalisation qui...

    Lire la suite...

    20-Sep.-2022

    Image
    La sobriété énergétique oui, mais n’oublions pas les salaires !
    Si l'actualité, pour la direction, est de tenter de mettre en place une certaine sobriété énergétique dans l’entreprise, il ne faudrait pas oublier l’urgence de trouver une solution pour mieux rémunérer les salariés. NAO 2022 au rabais Les Négociations Annuelles Obligatoires (NAO) sur les salaires 2022...

    Lire la suite...

    15-Sep.-2022

    Image
    Compte rendu du CSE réseau France 3 des 30 et 31 août 2022
    Le CSE en bref Tempo in the nightAnnoncé début juillet, à la surprise générale, le projet Tempo ne vise rien moins qu’à supprimer les éditions nationales de la 3 sous couvert de renforcement de la proximité et de franceinfo. Après avoir lâché sa bombinette, la direction n’a aucune info à donner aux...

    Lire la suite...

    07-Sep.-2022

    Image
    Comités salaires 2022 - Faites comme Nathalie, soyez cash !
    "Je gagne 5 600 euros net", dit Nathalie dans le podcast « Politalks » du 22 juin, rapporté par « Closer » (Nathalie-sans-tabou-dévoile-son-salaire). C’est peut-être après impôt et hors part variable, mais qu’importe, saluons la franchise, tout le monde n’est pas aussi cash : dans les comités...

    Lire la suite...

    01-Sep.-2022

    Image
    France 3 Pays de la Loire - Coup de chaud pour les équipes de reportage
    De fortes chaleurs et une actualité régionale très chargée. Cet été, des équipes de reportage de France 3 Pays de la Loire ont dû faire face à des conditions de travail parfois très difficiles. Temps de route conséquents, enchaînements de différents formats dans une même journée (off, itv, envoi 4...

    Lire la suite...

    31-Aug.-2022

Communiqués

Bulletin d'adhésion

Accords, statuts

Lettres CGT

Contacts