Macron annonce la suppression de la redevance
Qu’a fait l’audiovisuel public pour mériter ça ?

trait gris titre

avp-redevance.png

A peine entré en campagne, le Président-candidat Macron ne trouve pas plus urgent que d’annoncer la suppression de la redevance.

Avant cette annonce de Macron, Pécresse, Le Pen et Zemmour avait déjà annoncé leur intention de supprimer la redevance, et de privatiser en partie ou totalement l’audiovisuel public, dans une course à l’échalote mortifère.

Ainsi, par une formule lapidaire, sans aucun égard pour les salariés et sans esquisser la moindre alternative de financement, le candidat à sa propre succession n’hésite pas à plonger dans la plus grande inquiétude tout un secteur d’activité et ses milliers de salariés.

Bis repetita

Cette annonce démagogique en dit long sur le mépris d’Emmanuel Macron vis-à-vis de l’audiovisuel public, qualifié de « honte de la République », peu de temps après sa prise de fonction.

Que de similitudes avec Nicolas Sarkozy, décidant brutalement en 2008 de supprimer la publicité sur nos chaines !

L’un coupe la pub, l’autre les ressources publiques. Pourquoi une telle détestation du service public audiovisuel ?

C’est une nouvelle fois le fait du prince qui prévaut. Au mépris du travail des administrations, des professionnels du secteur et même… de la mission de l’IGAC* lancée en octobre et qui doit livrer en avril ses conclusions sur l’avenir de la redevance.

L’avenir de l’audiovisuel en suspens

L’enjeu est considérable. Supprimer la redevance, taxe affectée et sanctuarisée, c’est faire basculer le financement de l’audiovisuel public dans le budget général de l’État et le fragiliser en le livrant aux arbitrages et aux pressions politiques. Nous l’avons déjà vécu avec la dotation censée compenser sur le budget de l’État la suppression de la publicité, qui a progressivement disparu. 

La redevance est à ce jour le seul mode de financement pérenne, garantissant l’indépendance de l’audiovisuel public. Ce dernier n’a-t-il pas suffisamment fait allégeance ? Est-ce cela qui gêne le candidat-président ?

C’est pourtant à l’aune du niveau d’indépendance de l’information, que l’on mesure la maturité d’une démocratie. Visiblement, en France, le compte n’y est pas.

En attaquant le service public, le président valorise les médias privés, tous aux mains de milliardaires, et confirme son image de président des riches.

Pourtant, dans le contexte actuel, les citoyens n’ont jamais autant eu besoin d’une information indépendante, pluraliste et de contenus qui échappent à la mainmise des plateformes mondialisées.

Le rôle majeur de l’Audiovisuel Public

Chaque année, France Télévisions est le premier financeur du cinéma et de la création : 500 M€ investis dans la fiction, les documentaires, l’animation ou le cinéma et autant dans la production et la fabrication de programmes de flux pour alimenter nos antennes. Qu’en sera-t-il des obligations d’investissement dans les secteurs délaissés par le privé ? Le périmètre actuel de l’audiovisuel public va-t-il être modifié ? Privatisé ? Dépecé ? C’est tout un secteur d’activité qui risque d’être déstabilisé.

Les audiences et les enquêtes qualitatives montrent que les téléspectateurs des chaines de France Télévisions sont satisfaits, ce qui est d’ailleurs régulièrement salué en Conseil d’Administration, y compris par les représentants de l’État.

Mobilisation générale

La CGT appelle à un véritable débat sur le rôle de l’audiovisuel public en France. A l’heure où les populismes et les fake-news prospèrent, il est indispensable de disposer d’un média de référence exemplaire, au financement assuré. Et ce n’est pas la déclaration d’Aurore Bergé, députée LREM, qui promet un maintien du financement de l’audiovisuel sur le budget de l’État, qui rassurera grand monde.

Rappelons qu’en 2018, à l’issue d’un débat approfondi sur la question, les Suisses se sont prononcés massivement, lors d’un referendum, contre la suppression de leur redevance, pourtant l’une des plus chères d’Europe.

La CGT de France Télévisions entend combattre de toutes ses forces cette annonce aussi brutale que démagogique. Elle appelle les salariés de FTV et les citoyens attachés au service public à se préparer à une mobilisation sans précédent.

* Inspection générale des affaires culturelles

 

 pdf Paris, le 8 mars 2022

À lire également

    Image
    Ooviiz/Notif est une atteinte à la liberté fondamentale du salarié au travail
    Les salariés intermittents de la vidéo mobile ont reçu des messages de france•tv leur intimant l'ordre de s'inscrire à la plateforme Notif, développée par Ooviiz, sous peine de ne plus travailler ! Ces professionnels refusent en bloc de s'y inscrire et ont saisi la direction de france•tv....

    Lire la suite...

    26-Sep.-2022

    Image
    Affaire du fichage
    France Télévisions définitivement condamnée pour entrave au Comité central d’entreprise Après 6 ans de procédure, la Cour de cassation vient de rejeter le pourvoi de France télévisions et confirme la condamnation prononcée par la Cour d’appel de Paris le 16 juin 2021, qui estimait, comme le...

    Lire la suite...

    23-Sep.-2022

    Image
    Préavis de grève du 29 septembre. Salaires, emplois, conditions de travail
    Alors que l’inflation dépasse désormais les 6% sur un an et que la perspective des 8% est probable, le niveau des salaires et le pouvoir de vivre sont les principales préoccupations des salarié·es, des jeunes et des retraité·es. Elles sont aussi au cœur des actions et revendications de la CGT et...

    Lire la suite...

    22-Sep.-2022

    Image
    Censure ministérielle : vers un retour de l’ORTF en Lorraine ?
    Ou comment la rédactrice en chef a dépublié un papier web sur pression d’une ministre mécontente du traitement de sa visite à Nancy On croyait la période révolue depuis la fin des années 60 : le rédacteur en chef de la télévision publique prenait ses consignes auprès du ministre de l’Information, qui...

    Lire la suite...

    20-Sep.-2022

    Image
    AVENIR DU FINANCEMENT DE L’AUDIOVISUEL PUBLIC. L’INTERSYNDICALE RÉPOND PRÉSENT POUR L’ACTE 2 !
    Alors que la Loi de finances rectificative 2022 adoptée en plein mois d’août a supprimé la Contribution à l’Audiovisuel Public (CAP, ex-redevance), le gouvernement a dû écarter dans l’urgence la bascule pure et simple sur le budget de l’Etat afin de ne pas subir les foudres du Conseil...

    Lire la suite...

    20-Sep.-2022

    Image
    Liminaire au CSE réseau France 3 du 20 septembre 2022
    Aujourd'hui s'ouvre une nouvelle phase d'information-consultation du CSE sur le déploiement d’Openmédia, la phase 2 du NRCS, alors que Newsboard n’est pas stabilisé. Newsboard, Openmédia, Tempo, Overdrive. Les projets s’accumulent, se superposent, se percutent, sans oublier la régionalisation qui...

    Lire la suite...

    20-Sep.-2022

    Image
    La sobriété énergétique oui, mais n’oublions pas les salaires !
    Si l'actualité, pour la direction, est de tenter de mettre en place une certaine sobriété énergétique dans l’entreprise, il ne faudrait pas oublier l’urgence de trouver une solution pour mieux rémunérer les salariés. NAO 2022 au rabais Les Négociations Annuelles Obligatoires (NAO) sur les salaires 2022...

    Lire la suite...

    15-Sep.-2022

    Image
    Compte rendu du CSE réseau France 3 des 30 et 31 août 2022
    Le CSE en bref Tempo in the nightAnnoncé début juillet, à la surprise générale, le projet Tempo ne vise rien moins qu’à supprimer les éditions nationales de la 3 sous couvert de renforcement de la proximité et de franceinfo. Après avoir lâché sa bombinette, la direction n’a aucune info à donner aux...

    Lire la suite...

    07-Sep.-2022

    Image
    Comités salaires 2022 - Faites comme Nathalie, soyez cash !
    "Je gagne 5 600 euros net", dit Nathalie dans le podcast « Politalks » du 22 juin, rapporté par « Closer » (Nathalie-sans-tabou-dévoile-son-salaire). C’est peut-être après impôt et hors part variable, mais qu’importe, saluons la franchise, tout le monde n’est pas aussi cash : dans les comités...

    Lire la suite...

    01-Sep.-2022

    Image
    France 3 Pays de la Loire - Coup de chaud pour les équipes de reportage
    De fortes chaleurs et une actualité régionale très chargée. Cet été, des équipes de reportage de France 3 Pays de la Loire ont dû faire face à des conditions de travail parfois très difficiles. Temps de route conséquents, enchaînements de différents formats dans une même journée (off, itv, envoi 4...

    Lire la suite...

    31-Aug.-2022

Communiqués

Bulletin d'adhésion

Accords, statuts

Lettres CGT

Contacts