Macron déclare la guerre a l avp

Macron déclare la guerre à l’audiovisuel public

Nous, citoyens de ce pays, accusons Emmanuel Macron de tentative de destruction de notre bien commun, le service public de  l’audiovisuel.

L’audiovisuel public, ce sont 6 chaînes de télévision, 6 chaines de radio, 24 antennes régionales de France 3, 44 stations locales de France Bleu, 9 stations ultra marines de RFO, qui offrent un maillage unique de notre territoire et assorti de très riches plateformes de contenus. L’audiovisuel public, c’est aussi une offre internationale multilingue sur télévision, radios et numérique, pour les francophones et tous ceux qui s’intéressent à la France.

C’est également l’Institut National de l’Audiovisuel, mémoire vivante de plus de 50 ans d’archives radiophoniques et télévisées.

De la culture avec Arte, France Culture, France Musique, France 5, Culture Box et les formations musicales permanentes de Radio France (les 2 orchestres, le chœur et la maîtrise).

Du sport avec Roland Garros, les Jeux Olympiques, le Tour de France ou de la Coupe du monde de rugby et une multitude de sports plus confidentiels qui n’existent nulle part ailleurs.

Les programmes de Lumni, régulièrement utilisés dans toutes les salles de classe comme support pour les enseignants.

De l’information du quotidien, France Info, France Inter, France 2, France 3, les journaux régionaux et locaux de France 3 et France Bleu, en français, en langues régionales, mais aussi en langues étrangères avec France Médias Monde (RFI, France24 et MCD).

Des émissions d’investigation qui ont permis de révéler des scandales internationaux tels que les Panama Papers. Des films, fictions, séries, feuilletons, documentaires, programmes régionaux…

Le tout, disponible en permanence et gratuitement, sur nos antennes et nos sites internet.

Netflix, Disney ou Amazon peuvent-ils en dire autant ?

La fermeture de chaînes est déjà à l’étude

Nous accusons Emmanuel Macron de mentir lorsqu’il prétend garantir un financement pour l’audiovisuel public, alors qu’en supprimant la redevance sans aucune piste alternative crédible, il ouvrira sciemment la porte d’un démantèlement progressif de ses entreprises.

Une fois réduit à une ligne budgétaire dans le budget général de l’État, le financement de l’audiovisuel public sera fatalement remis en cause chaque année, au gré des arbitrages prioritaires et des gels de circonstance.

Déjà, des sénateurs réfléchissent aux chaînes, aux stations, aux antennes et émissions qu’on pourrait supprimer, pour économiser une partie des moyens qui financent ces programmes. Ces pistes figurent dans le questionnaire envoyé à l’ARCOM (Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique) par la Commission Culture du Sénat.

38 centimes par jour

Nous accusons Emmanuel Macron de mentir lorsqu’il promet aux électeurs de leur redonner du pouvoir d’achat.

Et quel pouvoir d’achat ? 138 euros par an pour chaque foyer fiscal équipé d’un téléviseur, ce sont 38 centimes d’euros par jour : le tiers d’une baguette de pain !

Mais en réalité, le président ne supprime pas cette dépense, il la rend invisible. En effet, comme il prétend garantir « en même temps » la pérennité du service public audiovisuel, il faudra bien que la ressource provienne de quelque part, donc de nos impôts.

Un tour de passe-passe qui offrira surtout la possibilité de réduire le financement, sans le moindre débat public, avec pour effet l’effacement progressif de la richesse de nos programmes. Une méthode bien rôdée qui a déjà fait ses preuves pour détruire la plupart de nos services publics.

Cadeau au privé

Nous accusons Emmanuel Macron de tourner le dos à l’intérêt général pour favoriser les appétits du privé.

Telle qu’il la conçoit, la suppression de la redevance mènerait à son terme le torpillage de l’audiovisuel public entamé par Nicolas Sarkozy avec la suppression de la publicité sur les chaines publiques.

TF1 et M6, qui ont annoncé leur fusion, vont ainsi pouvoir incarner ce géant national audiovisuel que l’ex-président appelait de ses vœux. Sans parler des GAFA qui lorgnent sur la manne des programmes qu’ils vont pouvoir engranger.

Ils doivent déjà se frotter les mains en attendant de récupérer les droits du Tour de France, du rugby ou des Jeux Olympiques, les meilleures séries, et peut-être hériter de nouvelles fréquences, quand le service public, réduit à peau de chagrin sera contraint de les céder.

Et ainsi construire de nouvelles offres thématiques, avec des chaînes payantes ?

Museler les débats

Nous accusons Emmanuel Macron de vouloir museler l’information et les débats.

Une fois le financement devenu dépendant du pouvoir politique, les chaînes et les radios oseront-elles enquêter sur les scandales tels que l’affaire Benalla ou sur le recours aux cabinets de conseils ?

Les journaux appartenant à des oligarques n’évoquent que très rarement les affaires qui peuvent embarrasser leurs patrons ; l’audiovisuel public, de la même façon, sera-t-il muselé ?

Nous accusons Emmanuel Macron de démagogie en singeant les propositions de Valérie Pécresse, Marine Le Pen et Éric Zemmour, alors que notre redevance est aujourd’hui l’une des plus faibles d’Europe et que les audiences des chaines de télévision et de radio publiques ont non seulement résisté à la concurrence mais démontré toute leur utilité pendant la pandémie.

Nous accusons Emmanuel Macron d’un exercice monarchique de la présidence.

Il prend seul une décision sans aucun débat contradictoire alors que nos voisins Suisses, en rejetant par 71,6% la suppression de leur redevance, ont démontré combien, après un vrai et long débat, les peuples peuvent être attachés à leur service public audiovisuel.

Pour une redevance universelle

Nous accusons Emmanuel Macron, après Nicolas Sarkozy et François Hollande, d’inaction sur le sujet de la redevance depuis 2008, date à laquelle le modèle économique de la télévision publique a été durablement déstabilisé par la suppression de la publicité.

De plus en plus de gens regardent ou écoutent les programmes du service public en, utilisant ordinateurs, tablettes et smartphones, ce qui devrait inciter à réformer le mode de financement. Puisque les programmes du service public sont massivement diffusés sur Internet, la piste de la redevance universelle apparaît la plus cohérente. C’est ce qui a été choisi par nos voisins allemands.

Afin de lutter contre les « fake news » et d’inscrire fortement la place et le rôle du service public dans le numérique, l’Allemagne vient d’augmenter ses ressources de 1,5 milliards d’euros d’ici 2024, ce qui permettra de produire des divertissements et une information de qualité.

Nous ne pensons pas qu’Emmanuel Macron agisse à la légère avec cet effet d’annonce électoraliste. Derrière cette pseudo désinvolture se cache un véritable projet de démolition de notre service public audiovisuel, vital pour notre démocratie et notre modèle culturel.

Pour la défense de l’audiovisuel public !

Nous appelons tous ceux qui nous soutiennent, à contribuer à ce débat sur les réseaux sociaux.

 #TouchePasAuxMediasPublics
281 youtube281 facebook281 twitter

https://www.petitionenligne.net/defendrecap
281 petition

Signataires
CGT France Télévisions, CGT Radio France, CGT INA, CGT FMM, CGT TDF, CGT Arte, FNSAC-CGT, SNRT-CGT Audiovisuel, SNJ-CGT National, CFDT France Télévisions, FO France Télévisions, FO Radio France, FO INA, FO FMM, FO Médias, SNJ France Télévisions, SNJ FMM, SUD France Télévisions, SRCTA-UNSA France Télévisions, SRCTA-UNSA Arte, CFTC FMM.

 

 pdf Paris, le 9 juin 2022

À lire également

    Image
    Financement de l’audiovisuel public. Le combat continue
    L’ensemble de la profession s’est mobilisée le 28 juin 2022 pour répondre à la déclaration de guerre d’Emmanuel Macron à l’audiovisuel public. La grève a été massivement suivie sur les antennes de FTV, Radio France et France Média Monde et à l’INA, la manifestation devant l’Assemblée Nationale à Paris...

    Lire la suite...

    30-Jun.-2022

    Image
    Tous dans la rue le 28 juin pour sauver l’audiovisuel public !
     Dans le lot d’incertitudes lié au chaos des législatives apparaît la question de la redevance. Souvenons-nous. Lors de sa déclaration de candidature le 7 mars à Poissy, Emmanuel Macron annonçait la suppression de la redevance comme mesure phare pour préserver le pouvoir d’achat des Français. Avant cette...

    Lire la suite...

    23-Jun.-2022

    Image
    DÉFENSE DE LA CONTRIBUTION À L’AUDIOVISUEL PUBLIC (CAP EX-REDEVANCE),
    LA DÉFENSE DE LA CONTRIBUTION À LAUDIOVISUEL PUBLIC (CAP EX-REDEVANCE),CEST DÉFENDRE LINDÉPENDANCE DU SERVICE PUBLIC AUDIOVISUEL ET SON RÔLE MAJEUR POURLA CULTURE ET LINFORMATION. LES SYNDICATSCGT, CFDT, FO, SNJ, SUD, UNSA, CGC ETCFTCAPPELLENT AU RASSEMBLEMENT MARDI28 JUIN...

    Lire la suite...

    22-Jun.-2022

    Image
    Compte rendu du CSE réseau France 3 des 15 et 16 juin 2022
    Le CSE en bref La santé en ordre de marcheLes élus ont désigné les 7 membres de la CSSCT, la commission santé du CSE qui se réunira le 22 juin. Les RP enfin au complet Les élus ont désigné le siège manquant de titulaire à France 3 Bourgogne, ainsi que l’ensemble des suppléants. Ils ont désigné deux...

    Lire la suite...

    21-Jun.-2022

    Image
    Suppression de la redevance audiovisuelle - Non au passage en force
    Le 22 juin prochain, Emmanuel Macron lancera son CNR (Conseil National de la Refondation), référence plus que douteuse au Conseil National de la Résistance et son programme des Jours heureux… que les néo-libéraux de la macronie s’emploient à démolir avec méthode. Ce CNR à la sauce Macron est censé réunir...

    Lire la suite...

    16-Jun.-2022

    Image
    Liminaire au CSE réseau France 3 du 15 juin 2022
    L’audiovisuel public, punching ball permanent Ça n’a pas tardé ! En annonçant la suppression de la redevance, Macron a ouvert la boite de pandore, libérant soudain la parole décomplexée des faux amis du service public. On a ainsi pu lire le fruit des cogitations des sénateurs – LR – qui prônent...

    Lire la suite...

    15-Jun.-2022

    Image
    PREAVIS de GREVE du 28 JUIN 2022 - Les Syndicats demandent à être reçus par la Ministre de la Culture
    Comme nous pouvions nous y attendre, la négociation du préavis de grève avec la direction de France Télévisions n’a rien produit de concret.C’est dans ce contexte que la synthèse du rapport du Sénat est sortie en urgence le 8 juin (le rapport final n’est pas encore diffusé). Les Sénateurs n’ont même...

    Lire la suite...

    10-Jun.-2022

    Image
    Macron déclare la guerre à l’audiovisuel public
    Macron déclare la guerre à l’audiovisuel public Nous, citoyens de ce pays, accusons Emmanuel Macron de tentative de destruction de notre bien commun, le service public de  l’audiovisuel. L’audiovisuel public, ce sont 6 chaînes de télévision, 6 chaines de radio, 24 antennes régionales de France 3, 44...

    Lire la suite...

    09-Jun.-2022

    Image
    Audiovisuel public : défendons notre bien commun - Déclaration de la CGT au CSE central du 8 juin
    En s’attaquant à l’audiovisuel public par le biais de la suppression de la redevance, le Président de la République a réussi à fédérer les organisations syndicales du secteur, vent debout contre cette décision démagogique, mettant hypocritement en avant le pouvoir d’achat. La colère monte chez les...

    Lire la suite...

    08-Jun.-2022

    Image
    Augmentations salariales 2022 : Peu échapperont à une perte de pouvoir d’achat
    « Le budget de France Télévisions n’est pas indexé sur l’inflation ! » Au deuxième round des négociations salariales, la DRH Laurence Mayerfeld a douché les attentes des salariés qui subissent l’envolée des prix dans les stations-service, au supermarché, des loyers ou du gaz. Ce n’est pas une...

    Lire la suite...

    08-Jun.-2022

Communiqués

Bulletin d'adhésion

Accords, statuts

Lettres CGT

Contacts