cse f3 mai2022

Le CSE en bref

La santé en ordre de marche
Les élus ont désigné les 7 membres de la CSSCT, la commission santé du CSE qui se réunira le 22 juin.

Les RP enfin au complet
Les élus ont désigné le siège manquant de titulaire à France 3 Bourgogne, ainsi que l’ensemble des suppléants. Ils ont désigné deux nouveaux RP à Montpellier et à Toulouse suite à une mutation au sein de France 3 Occitanie.

Le Tour de France 22 sur les rails
Comme tous les ans, les élus ont donné leur accord à des horaires de travail étendus, afin que les cars de Strasbourg et de Lille puissent couvrir le Tour de France.

Un nouveau BIP à Bobigny
Les élus ont pris acte du projet de déménagement du bureau d’info de proximité de Bobigny dans de nouveaux locaux plus sécurisés bien que peu lumineux. Un projet pour la fin de l’année.

Une nouvelle locale au Havre
Après un 1er projet qui a capoté en janvier, les élus ont validé le projet de déménagement de la locale de Baie de Seine à l’été 2023 dans une tour flambant neuve en construction près de la gare et des bassins.

Régionalisation : stop ou encore ?
Non non, le projet de régionalisation n’est pas mort, jure la direction. Le temps d’antenne s’est accru, les documentaires ont le vent en poupe et les PAE sportives ou culturelles se multiplient. Les priorités désormais, nous dit-on, c’est « Ici », le numérique commun avec France Bleu, le site d’expérimentation des régies et du nouveau JT à Strasbourg et un meilleur maillage du territoire. Un avant-goût du futur ORTF post-redevance rêvé par les sénateurs LR ?

Budgets régionaux : une stabilité bien fragile
Quand la stabilité des effectifs du réseau régional cache surtout une hausse au niveau central et des baisses dans le Grand-Est ou les Hauts-de-France…

Formation et alternance 2021
L’an dernier, sur fond de crise sanitaire, le plan de développement des compétences a surtout consisté à former les salariés aux outils, au détriment du développement des compétences justement…

L’après Plus belle la vie : le saut dans l’inconnu
L’arrêt du feuilleton emblématique de France 3, c’est un véritable plan de reconversion pour Marseille et le site de la Belle de Mai où 310 intermittents sont concernés. La direction s’est engagée à les accompagner d’ici l’arrêt du tournage fin septembre, sous le regard des élus du CSE et du CSE central.

Alerte à la Fabrique de Bordeaux : la responsabilité de l’entreprise
Il y a le feu sur le site de la Fabrique de Bordeaux. Malgré une alerte des RP et un plan d’action il y a un an et demi, la situation continue à s’y dégrader. Un rapport d’expertise commandé par les élus du CSE, accablant, incrimine directement la réforme des moyens internes de fabrication et le management mis en place au plus haut niveau.

Le CSE, grand oublié du calendrier social

Ordre du jour particulièrement chargé pour cette réunion du mois de juin, la dernière avant les congés d’été.

Cet empilement des sujets tient au fait qu’il n’y aura eu en tout et pour tout que deux réunions ordinaires du CSE depuis le mois de février, élections professionnelles et embouteillage du calendrier obligent.

Les élus ne sont pas responsables de cet état de fait, ni de la multiplication des projets de la direction à marche forcée.

Au bout du compte, nous n’avons pas pu traiter l’ensemble de l’ordre du jour, alors que de son côté, la direction continue à avancer, loin du regard des élus, sous prétexte qu’elle ne trouve pas de dates pour les réunir. C’est un vrai problème.

Une nouvelle CSSCT

La commission santé, sécurité et conditions de travail du CSE est enfin constituée, après le bras de fer qui a opposé les élus à la direction.

Il aura fallu que les élus forcent la main à la direction pour obtenir que la composition de cette commission majeure passe de 6 à 7 membres. En désignant 8 membres au lieu de 6 au mois d’avril, les élus ont entrainé une riposte judiciaire de la direction, puis au final une proposition de compromis à 7 membres.

Ces derniers sont donc Karine Cévaër (désignée par ailleurs rapporteure de la commission), Rabéa Chakir-Trébosc (désignée par ailleurs référente du CSE en matière de lutte contre le harcèlement moral, sexuel et les agissements sexistes), Bruno Espalieu, Olivier Mélinand, Laurence Romet, Jean-Manuel Bertrand et Béatrice Mariani.

La 1ère réunion de la commission aura lieu le 22 juin.

L’instance de proximité de France 3 Bourgogne complétée

A la demande de FO et suite à un désaccord sur un siège partagé entre la CGT et FO, les élus avaient reporté la désignation de l’ensemble des représentants de proximité de France 3 Bourgogne.

Le vote a finalement eu lieu à bulletin secret. Il a désigné Cédric Torelli (CGT) comme 5e titulaire de l’instance, ainsi que l’ensemble des suppléants.

L’instance de proximité est donc composée de :
Titulaires : Alain Tixier (CFDT), Patrick Genevois (CFDT), Fabienne Acosta (CGT), Cédric Torelli (CGT) et Guy Marlier (FO).
Suppléants : Antoinette Séguire (CFDT), Rodolphe Augier (SNJ), Tiphaine Pfeiffer (CGT), Amélie Douay (FO) et Sandrine Castres (FO).

Du mouvement chez les RP d’Occitanie

En prévision de la mutation de Jean-Yves Olivier, représentant de proximité (Sud), le 1er juillet, de Perpignan à Toulouse, les élus ont désigné Anne Vaillant, RP titulaire à France 3 Languedoc-Roussillon.

Ils ont désigné Jean-Yves Olivier, RP titulaire à France 3 Midi-Pyrénées.

Tour de France 2022 : c’est parti

Cette année, ce sont les cars de Strasbourg (Challenger 1) et de Lille (Jumeau 1) qui couvriront le Tour de France, qui part cette année du Danemark. Si toutefois l’organisation du Tour de France est maintenue dans sa forme actuelle, la presse évoquant une remontée des cas de Covid sur le récent Tour de Suisse.

A date en tout cas, Strasbourg assurera le signal international et Lille, le nodal, l’habillage, l’émission Vélo-Club le matin et Stade 2 le dimanche.

Comme tous les ans, la couverture de cette opération majeure implique une dérogation au temps de travail pour autoriser des semaines à 60h maximum.

Pour éviter des dépassements importants comme l’an dernier, la production a renforcé les équipes, en particulier sur les étapes comportant des zones techniques séparées, qui obligent à tirer des centaines de mètres de fibre optique.

Les élus ont donné un avis favorable au vu des plannings prévisionnels présentés.

Ça va déménager au BIP de Bobigny

Le bureau d’information de proximité de France 3 Paris Ile de France à Bobigny va déménager : le bail du local actuel arrive à expiration en décembre et par ailleurs le local, situé directement sur la rue a fait l’objet de tentatives d’intrusion.

Le futur BIP se situera dans un immeuble à proximité, toujours en rez de chaussée mais sur une cour protégée. Le choix a été validé par les RP, même si l’équipe aurait préféré un autre local plus grand et plus lumineux, situé dans le même immeuble, mais au 3e étage.

La direction ne l’a pas retenu car il nécessitait des travaux plus lourds, intenables d’ici la fin de l’année et qu’il était plus coûteux. On retiendra l’argumentation – un rien hypocrite – du responsable IMG, qui justifie le choix du local le plus petit par le fait que cela diminue notre empreinte carbone…

Les locaux seront équipés d’un espace cuisine/convivialité et de parkings à vélo sécurisés, avec des bornes de recharge électrique. En revanche, il n’y a pas de douche.

Le parking comporte une place pour un véhicule personnel, potentiellement deux pour ce BIP qui accueille 4 journalistes.

Les élus ont évoqué plus globalement la question du stationnement des salariés, alors que certains sites, comme Toulon, rencontrent de grosses difficultés.

La situation d’un endroit à l’autre est très disparate. Philippe Martinetti annonce qu’un état des lieux est en cours, sans s’engager à harmoniser les pratiques pour autant.

… ainsi qu’à la locale du Havre

En décembre dernier, les élus ont été consultés sur le projet de prise à bail de nouveaux locaux pour la locale de Baie de Seine qui est depuis 22 ans dans des locaux très sombres et vétustes.

Au final, les locaux visés nous ont été soufflés par une autre entreprise ; il a donc fallu en chercher d’autres.

Le projet actuel porte sur une tour en construction en face des bassins du port, à proximité de la gare et des principales institutions. Des locaux de 335 m2 sont disponibles au 1er et au 2e étage, avec un balcon terrasse qui fait le tour. Ils accueilleront également l’équipe de France Bleu.

Les RP se sont prononcés en faveur du 2e étage.

Là encore, le site comporte des parkings à vélo sécurisés mais la question des véhicules personnels reste à régler ; la direction évoque la négociation d’un tarif préférentiel dans le parking Eiffage situé en face. Actuellement, 80% de l’équipe vient au travail à vélo, selon la direction.

Les locaux devraient être disponibles en juin 2023. Les élus ont approuvé le projet.

Régionalisation : loin du compte

Alors que les élus ont le sentiment qu’il ne reste pas grand-chose du projet de chaines régionales, Philippe Martinetti affirme que le projet se poursuit, mettant en avant ce qui a été fait en un an : politique de développement des documentaires (collections, nouveaux créneaux), de circulation des programmes, politique de PAE sport et culture le week-end, allongement de la tranche du 19/20 avec le décrié 18h30. Et d’égrener les chiffres : 250 PAE dans le Réseau sur une saison, 150 PAE de sport, des documentaires primés au FIGRA, en affirmant qu’on n’a jamais fait aussi bien.

Le directeur du réseau régional affirme que la part de production externe n’a pas augmenté et que la production interne, elle, a augmenté de 15% par la réinternalisation d’un certain nombre de matinales.

Désormais les priorités stratégiques sont, nous dit-on, le numérique autour de la plateforme ICI commune avec France Bleu, le JT régional et une réflexion sur la redéfinition de notre maillage. Selon la direction, 62% des sujets sont traités dans les métropoles, il faut donc regarder du côté de Radio France avec ses RER (reporteurs en résidence) disséminés sur le territoire.

Sur le numérique, les élus et les salariés ont vu apparaître des « coordinateurs numériques » sans en avoir été informés. Il s’agit, nous dit la direction, d’un test sous forme de mission de quelques mois, afin de réparer l’erreur de la suppression des délégués au numérique. En septembre, il y aura un coordinateur par région. Ce sont des journalistes, au grand dam des éditeurs numériques qui voient leur échapper une perspective d’évolution professionnelle.

La direction répond que dans les 12, un voire deux seront des éditeurs numériques, ce qui permettra de tirer un bilan.

Les coordinateurs auront un rôle de coordination avec France Bleu ; ils doivent être intégrés au fil Whatsapp de France Bleu.

La direction précise que les rédacteurs en chef adjoints devenus coordinateurs seront remplacés sur leur poste à partir de septembre.

Sur la plateforme de Strasbourg, les élus ont fustigé l’absence de techniciens rouennais au nombre des 4 experts identifiés pour piloter le projet. C’est contraire aux engagements qui avaient été pris. Philippe Martinetti a répondu : « On prend le point et on se charge de faire respecter la parole qui avait été donnée ».

La direction annonce une présentation en septembre/octobre de l’organisation du numérique, avec les liens fonctionnels et hiérarchiques.

Les élus souhaitent aussi une présentation de l’architecture technique, et un état des lieux des fonctionnalités, en particulier en ce qui concerne les vidéos et les replays. Ils demandent à la communication de communiquer sur l’évolution des replays, désormais accessibles via la plateforme France.tv (dans la rubrique France 3).

trombone paragr grisVoir le compte-rendu de la CASAR du 18 mai.

Finances du réseau régional : une accalmie bien précaire

Il aura donc fallu attendre la mi-juin pour que les élus prennent connaissance du budget 2022 du réseau régional.

Certes, la direction a présenté en janvier l’évolution des ETP pour l’ensemble du Réseau, mais il a fallu attendre tous ces mois pour avoir la répartition des ETP par région.

Là où Philippe Martinetti se targue d’avoir obtenu une stabilité des effectifs pour 2022, il y a eu des arbitrages entre les antennes, avec des hausses (minimes) de 0,8 ETP en Pays de la Loire ou de 1,5 ETP en Bretagne, et des baisses plus significatives en Grand-Est (-3,3 ETP).

De même, le transfert de 6 ETP de la direction de la communication à la direction du Réseau vient fausser la tendance générale. En dehors de ce transfert interne au siège, les effectifs baissent de 0,5 ETP.

En prenant ses fonctions en septembre, Philippe Martinetti avait annoncé une réorganisation de la direction du Réseau, autour d’une équipe resserrée. Au final, la direction du Réseau n’a pas maigri. Le directeur le justifie par le fait que des postes d’autres directions (la transformation régionale par exemple) ont été rattachés au Réseau.

En 2021, le Réseau a fait des économies grâce notamment au plan de continuité de l’activité (PCA) qui a abouti à 34 jours d’éditions communes (contre 77 jours en 2020), soit 11 éditions de JT au lieu de 24. Il y a eu 14000 jours d’absence en 2021. Les suppressions d’émissions ont en outre entrainé un manque à gagner important pour la Fabrique.

trombone paragr grisVoir le compte-rendu de la commission économique-structure du 24 mai.

Bilan du plan de formation 2021 : ça aurait pu être pire

Le plan de développement des compétences du réseau régional a représenté un investissement de 2,4 M€ en 2021 et concerné 4824 stagiaires.

Il s’est fait, une nouvelle fois dans un contexte de crise sanitaire qui a touché de plein fouet l’UFTV (Université France Télévisions). Malgré cela, le volume de formation est en augmentation par rapport à 2019.

Les formations liées à la technique et l’innovation représentent 41% des stagiaires, 47% des heures et 66% du budget de formation. Elles ont concerné près de 2000 personnes. On y trouve pour une les principaux postes le NRCS, les régies Mosar ou les formations Fairlight Resolve.

Les formations liées à l’information représentent 20% des stagiaires, 29% des heures et 27% du budget. Elles ont concerné près de 1000 salariés. On y trouve de l’écriture pour le web, de l’éditorialisation des vidéos sur nos sites, du data journalisme, de la « narration avec smartphone » ou encore les cursus JCC (journaliste compétences complémentaires).

Les projets NRCS et régies Mosar représentent à eux seuls un tiers du nombre total d’heures de formation.

Cette année encore, le plan de formation s’est illustré essentiellement par des actions d’adaptation à l’outil et au poste de travail (maintien dans l’emploi), au détriment des formations de développement des compétences. Cela donne une idée de l’état d’esprit de l’entreprise vis-à-vis de ses salariés et de leur épanouissement professionnel.

trombone paragr grisVoir le compte-rendu de la commission emploi-formation du 9 juin.

Bilan de l’alternance 2021 : peut mieux faire

En 2021, le réseau régional comptait 136 alternants à différents stades de leurs contrats (environ 25 alternants par promotion, avec un pic sur 2021/22). Cela représente en 2021, 40 ETP moyens de PTA et 18,3 ETP moyens de journalistes.

En nombre de contrats, on atteint 76,6 contrats, en deçà de l’objectif de 80 contrats fixé par l’entreprise.

Les alternants représentent 2% de l’effectif salarié, loin des 5% qui permettraient à l’entreprise de s’exonérer du paiement de la contribution supplémentaire à l’apprentissage.

trombone paragr grisVoir le compte-rendu de la commission emploi-formation du 9 juin.

Plus belle la vie : la nécessaire reconversion du site

Au mois de mai, FTV a annoncé l’arrêt de l’emblématique feuilleton Plus belle la vie après 18 ans d’existence. L’arrêt des tournages est prévu fin septembre et la diffusion s’achèvera le 18 novembre.

La direction met en avant des audiences divisées par deux ces dernières années ; on sait par ailleurs que les relations étaient compliquées avec le producteur du feuilleton, la société Newen, filiale de TF1.

Lors du CSE central du 12 mai, la direction s’est engagée d’une part à réinvestir les 30 M€ annuels de Plus belle la vie dans de nouvelles productions sur la région marseillaise, d’autre part de recevoir individuellement, s’ils le souhaitent, les 310 salariés concernés, afin de leur proposer un accompagnement. Stéphane Sitbon-Gomez, le directeur des antennes et des programmes s’est engagé à ce « qu’à fin septembre, au clap de fin, on ait apporté la très grande majorité des réponses ».

Les élus du CSE central ont proposé que le suivi du volet social soit effectué au sein du CSE du Réseau, principal concerné, par la commission emploi formation.

Plus belle la vie représentait 500 jours de tournage par an.

Selon la direction, 100 des 310 salariés ont effectué moins de 50 jours par an et sont donc écartés du dispositif, même s’ils seront reçus s’ils le désirent.

La direction a mis en place une adresse mail de contact pour demander un entretien Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. A la date de la commission, 57 mails ont été reçus et 27 entretiens effectués. Les élus recommandent de solliciter les salariés via des entretiens collectifs, afin d’éviter de réunir les chances de recevoir l’ensemble des salariés.

La RH prévoit 3 jours de présence sur site à la Belle de mai pendant l’été.

Les mesures d’accompagnement à date vont de l’atelier d’aide à la rédaction de CV, jusqu’à la mise en contact avec d’autres productions.

Côté plan de charge pour 2023, pas d’informations à ce stade, mais Yves Dumond, le patron des moyens de fabrication laisse entendre qu’on en saura plus à la mi-septembre : « peut-être pas tout mais une grande partie du plan de charge 2023 ».

La commission a demandé à bénéficier d’un certain nombre d’informations et de documents afin de pouvoir jouer son rôle. La direction doit y répondre rapidement.

trombone paragr grisVoir le compte-rendu de la commission emploi-formation du 13 juin.

Fabrique de Bordeaux : de mal en pis

Un an et demi après une alerte déclenchée par les RP de Bordeaux portant sur un risque grave par incidents répétés sur le site local de la Fabrique, la situation ne s’est malheureusement pas améliorée.

Malgré une enquête paritaire et des préconisations élaborées avec les RP, la direction n’a pas été en mesure de mettre en place les actions adéquates pour protéger le collectif bordelais.

A tel point que les élus du CSE ont été amenés à déclencher une expertise en février dernier. Le rapport rendu par l’expert est accablant et pointe du doigt à la fois les ravages de la réforme hors-sol de 2018 et l’incapacité d’une direction qui l’est tout autant à prendre en compte la réalité du terrain et la souffrance des salariés.

Le rapport parle « d’immobilisme ou d’incapacité à solutionner ». Alors que le site de Bordeaux devait devenir un site pilote en matière de fictions numériques et de nouvelles pratiques, le rapport pointe l’échec complet et les nombreux manquements qui ont contribué au mal-être ambiant et aux départs de salariés. Un bilan désastreux qui pourrait être vu comme une stratégie à la Orange pour fermer ce site de la Fabrique.

Les molles dénégations d’Yves Dumond ne convainquent personne, tant les preuves manquent de la volonté de la direction.

De cette séance de CSE, peu de choses à retenir des engagements de la direction. Elle évoque un repositionnement des responsables des activités de fabrication (RAF), les seuls cadres de proximité restant sur les sites de post-production, afin que ces postes « suscitent plus d’envies pour des candidats potentiels », selon Yves Dumond qui croit devoir ajouter que ce poste d’encadrement « est aussi ce qu’on en fait ». Les intéressés (4 RAF sur 8 sont partis ou en partance) apprécieront, eux qui ont vu leurs initiatives sans cesse empêchées par leur hiérarchie et leur marge de manœuvre réduite à néant.

A ce stade, la direction n’a que peu de propositions sur le management à distance, hormis des réunions plus régulières avec le trio RAF/cadre de gestion/responsable technique de post-prod.

Côté RH, sévèrement pointée du doigt pour ses insuffisances et ses manquements, la nouvelle DRH Catherine Fichet annonce la création d’un second RRH en plus d’Arnaud Ségur ; selon elle, le problème viendrait du fait que la RH est débordée…

L’expert a fait un certain nombre de préconisations reprises par les élus dans une résolution adoptée à l’unanimité. trombone paragr grisVoir la résolution.

Vie du CSE

Les élus ont validé à l’unanimité le recrutement en CDI de Laurence Valet, aide-comptable au sein du CSE.


A noter

Prochain CSEC : 5 et 6 juillet.
Prochain CSE : 30 et 31 août.

 

elus cse reseau 2022

 

 
pdf
Paris, le 21 juin 2022

À lire également

    Image
    Siège FTV • Déclaration liminaire au CSE du 5 décembre
    L'improvisation permanente Petit exercice d’imagination. On va essayer de se mettre à la place de la direction. Ça ne doit pas être facile tous les jours. Nous savons tous que Bercy réclame à France Télévisions moins d'ETP. Au sein de la direction, on s’interroge… Moins d’ETP, alors comment faire ?...

    Lire la suite...

    05-Dec.-2022

    Image
    LA FABRIQUE LE PRÉAVIS DE GRÈVE DU 5 DÉCEMBRE EST LEVÉ
      La CGT avait déposé́ un préavis de grève le 21 novembre 2022, appelant les salariés de la Fabrique à cesser le travail à partir du 5 décembre 2022 pour une durée indéterminée. Après une séance de négociation et plusieurs jours d‘échanges sur le contenu du préavis, la CGT a décidé de signer ce...

    Lire la suite...

    29-Nov.-2022

    Image
    Siège FTV • Compte rendu du CSE des 23 et 24 novembre 2022
    Au programme du CSE du mois de novembre : La production interne à l’honneur avec le Téléthon ! Transfert ou détachement des salariés des émissions relevant des programmes, beaucoup de non-dits ! Fin de partie programmée pour le Franay La baisse de l’emploi permanent se poursuit Egalité...

    Lire la suite...

    29-Nov.-2022

    Image
    Siège FTV • Communiqué de soutien à une salariée intermittente injustement sanctionnée
    Au mois d’avril dernier, une monteuse CDD s’est vue signifier par une lettre de la DRH la fin de sa collaboration au planning montage du siège à Paris. Dans cette lettre, il lui est reproché une altercation verbale avec une journaliste, suite à un montage dans le contexte de « rush » pré-journal....

    Lire la suite...

    28-Nov.-2022

    Image
    France 3 Alpes • Présentation du projet TEMPO
    Le TEMPO Tour à France 3 Alpes L’équipe projet tempo effectue le Tempo tour dans le réseau régional afin de rencontrer l’encadrement, les salariés, et les représentants du personnel dans tous les sites régionaux. Anne Sophie Maxime coordinatrice projet, Laurent Mazurier responsable projet pour AURA,...

    Lire la suite...

    28-Nov.-2022

    Image
    Siège FTV • Préambule au CSE du 23 novembre 2022
    À votre santé ! C’est ce que les salariés de France Télévisions aimeraient bien entendre de leur direction et de leurs managers !Surtout au Siège où le taux d’absentéisme a atteint les 5,9 % en 2021 ! Les raisons ?Le climat social, la surcharge de travail, les tensions… A l’information c’est le...

    Lire la suite...

    23-Nov.-2022

    Image
    Compte rendu du CSE réseau France 3 des 16 et 17 novembre 2022
        Le CSE en bref Les régions, éternelle variable d’ajustement budgétaire Une fois de plus, les régions permettent d’équilibrer le budget de FTV. Grâce aux JT communs et à moindre recours à la Fabrique, le Réseau est en économie pendant que l’info nationale, le sport et le programme national sont eux en...

    Lire la suite...

    22-Nov.-2022

    Image
    La Fabrique - Préavis de grève illimité
    Suite aux différentes saisines qui se sont déroulées au lance-pierre, malgré la volonté des organisations syndicales de dialoguer avec la direction pour trouver des solutions aux conditions de travail dégradées des salariés de la Fabrique et éviter ainsi une situation de conflit, force est de...

    Lire la suite...

    15-Nov.-2022

    Image
    Liminaire au CSE réseau France 3 du 16 novembre 2022
    Cela pourrait être un titre de la presse magazine : faut-il avoir confiance dans l’avenir ? Une variante pourrait être : les salariés doivent-ils croire les paroles de leurs dirigeants ? A l’heure où les perspectives budgétaires sont particulièrement périlleuses pour France Télévisions, à l’heure où les lourds...

    Lire la suite...

    15-Nov.-2022

    Image
    Siège FTV • Compte rendu du CSE des 25 et 26 octobre 2022
    En début de séance, les élus se sont plaints d’une quantité trop importante de documents, divulgués trop tard par la direction. Cela pose le problème du niveau d’information, déséquilibré entre élu et direction, et du bon fonctionnement du dialogue social. Il a été convenu avec le Président du CSE...

    Lire la suite...

    07-Nov.-2022

Communiqués

Bulletin d'adhésion

Accords, statuts

Lettres CGT

Contacts