OpenMedia - Une évaluation des salariés très suspecte

trait gris titre

OpenMedia est le nouvel outil de conducteur déployé au Siège, avant les régions et l’Outremer. Il aura connu nombre de bugs techniques et un déploiement plus que chaotique.

Une évaluation peu transparente

Depuis le 17 septembre et pendant une semaine, certains salariés utilisant OpenMedia devront passer une évaluation. Officiellement le but est double : appréhender leur niveau pour évaluer l’accompagnement nécessaire, et faire un bilan afin de clarifier le flux d’information entre OpenMédia et les autres systèmes (workflow). La 1ère bascule sur l’outil datant du 16 mai, il était temps de s’en inquiéter !!

Un outil inadapté aux conséquences sociales désastreuses

Aujourd’hui encore, tout n’est pas stabilisé : c’est comme si on aménageait le bateau avant d’avoir bouché les fuites. Salariés et élus ont émis de nombreuses alertes depuis le lancement du projet, pas toujours entendues. Pourtant, il est évident qu’OpenMedia engendre beaucoup d’agacement, de stress et de défiance de la part des utilisateurs. Aujourd’hui, il est nécessaire qu’un accompagnement adapté soit proposé aux salariés qui en ont besoin, parce que la maîtrise de l’outil leur fait défaut ou parce qu’ils sont fatigués des changements. Cela passe par une évaluation des besoins, mais certainement pas de cette nature.

Quel est le vrai but recherché ?

Pourquoi seulement certains salariés sont visés par cette évaluation ? Est-ce que des « récalcitrants » auraient été pré-identifiés ? Les évaluations sont faites par des prestataires, est-ce leur rôle ? Comment des questions portant sur la maîtrise de l’outil peuvent-elles conduire à évaluer le flux d’information entre OpenMedia et les autres systèmes ? Pourquoi le cabinet BearingPoint, missionné pour rédiger ces processus d’échanges de flux, n’a toujours pas rendu sa copie, après 3 mois d’exploitation ? Est-ce que cette évaluation ne viserait pas en réalité à dégager des récalcitrants et se protéger derrière de faux prétextes pour dédouaner l’outil et la gestion de projet ? Un retour sur expérience de la méthode de gestion de projet est également indispensable à mener, afin que tous les dysfonctionnements rencontrés par le projet NRCS ne se reproduisent pas.

   Paris, le 21 septembre 2021

Communiqués

Bulletin d'adhésion

Accords, statuts

Lettres CGT

Contacts